Une saison des moules irrégulière

Elevage des moules buchots
Conchyliculture

En 2015, la production et la commercialisation des moules a été très inégale selon les régions. Dans le nord de la France, les mytiliculteurs ont connu une très belle année. À l’inverse, dans les régions du Sud, d’importantes pertes de moules ont été enregistrées par les entreprises charentaises.

Les mytiliculteurs nordistes sont ravis

Dans plusieurs régions du Nord, la production des moules a subi une très forte hausse notamment dans la Manche et dans le Morbihan.

Les mytiliculteurs manchois au meilleur de leur forme

Dans la Manche, nous comptons une hausse de 27% de tonnages supplémentaires en comparaison à l’année 2014.  Les moules sont commercialisées en moyenne à 1,67 euros le kilo, plus 10 centimes par rapport à la saison dernière.

Les exploitations de moules ont globalement amélioré leur rentabilité avec une augmentation de l’EBE (Excédent Brut d'Exploitation) de 12%.

La saison 2016 s’annonce moins fructueuse pour les mytiliculteurs manchois. Contrairement aux autres bassins mytilicoles, la Manche n’a pas été trop touchée par la mortalité des moules. Cependant, nous pensons que la région ne sera pas dispensée bien longtemps.  

Les moules du Morbihan sur le devant de la scène

Quant aux mytiliculteurs morbihannais, ils ont connu une saison des moules plutôt profitable avec une hausse de la production mais aussi des prix de vente. Dans la Bretagne-Sud, nous comptabilisons une augmentation de 12% des volumes de production avec un prix évoluant à +3% par rapport à l’année dernière.

Ce phénomène s’explique par la baisse des charges par volume de produit permettant aux mytiliculteurs de dégager un résultat. Les charges sont réduites et sont réparties sur plus de volume de moules.

La saison des moules ne fait pas l’unanimité en 2015

Suite à une forte mortalité des moules en 2014, les mytiliculteurs espéraient une amélioration en 2015. Cette année, la saison des moules en Pays de Loire et en Charente-Maritime a très mal commencé.

Mortalité des moules : un fléau dans les Pays de la Loire

C’est notamment en sud-Vendée que l’on constate une perte de 60% à 95% des exploitations dans certains bassins : un phénomène très inquiétant pour les mytiliculteurs

Pour cela, un plan d’urgence a été mis en place par la région des Pays de la Loire pour ainsi comprendre les causes de cette mortalité excessive.  Une mesure de soutien aux entreprises impactées  a été prise par la Région. Elle a pour objectif d’aider ces mytiliculteurs avec des avances remboursables à taux zéro ou encore des prises en charge d'intérêts d'emprunt.

La Charente-Maritime : une mortalité des moules anormales

C’est la région de la Charente-Maritime la plus touchée par la mortalité des moules en cette saison 2015.

Plusieurs réunions ont été organisées pour débattre sur ce fléau qui touche de nombreuses exploitations conchylicoles. En avril 2016, les représentants de la profession mytilicoles ont demandé un plan d’aide qui permettra de se maintenir en attendant de revenir à une situation stable.

Les causes de la forte mortalité des moules

Selon l’Ifremer, ce phénomène de mortalité excessive des exploitations de moules est dû à plusieurs facteurs. Les conditions hivernales entrent dans l’hypothèse. Depuis 2014, les hivers sont très doux et pluvieux engendrant  de nombreuses tempêtes et coups de vents, notamment dans le bassin charentais.

Les filières sont placées à 100% en immersion provoquant « des conditions psychologiques particulières (reproduction plus précoce et intense, affaiblissement physiologique, baisse des défenses immunitaires) ».

Nous espérons que les conditions météorologiques vont être meilleures pour la saison 2016.

En savoir plus